Caishenye

Le terme Caishenye ou Dieu de la richesse sert à désigner un ensemble de dieux chinois auxquels on attribue le pouvoir de perfectionner la situation financière.



Catégories :

Dieu chinois - Dieu taoïste - Taoïsme - Courant philosophique

Les trois dieux de la richesse, du bonheur et de la longévité

Le terme Caishenye (???) ou Dieu de la richesse sert à désigner un ensemble de dieux chinois auxquels on attribue le pouvoir de perfectionner la situation financière. L'ou les dieux sollicité (s) peuvent fluctuer de fidèle à fidèle ; la liste n'est pas fermée, chacun étant libre de choisir la divinité qui lui paraît la plus efficace. Les plus connus d'entre eux sont présentés ci-dessous. On y trouve de riches commerçants dont l'existence historique est attestée, des personnages obscurs de l'antiquité mentionnés dans L'Investiture des dieux, des divinités taoïstes, et aussi de grands dieux populaires dont ce n'est pas la fonction principale. Les dieux de la richesse tendent à être classés en deux catégories, «civils» et «militaires», à l'imitation de la bureaucratie impériale, ou groupés par cinq (plus rarement 3 ou 8). Le bouddhisme tibétain propose aussi ses cinq dieux de la richesse. Milefo, version chinoise de Maitreya représenté comme un moine ventru et souriant, signe de prospérité et de bonheur, peut aussi assurer cette fonction.

Dieux civils

Ils apparaissent fréquemment sous l'aspect de fonctionnaires âgés à la barbe blanche, vêtus d'une robe rouge et portant un chapeau de ministre, avec dans la main un lingot d'or (yuanbao ??), et le sceptre “ruyi” dont le nom veut dire “sans obstacle” ; c'est un gage de chance en vogue à la cour des Qing. Ils peuvent être :

Dieux militaires

Ils sont représentés en tenue de général avec le visage sombre (rouge dans le cas de Guandi), une barbe noire, quelquefois chevauchant un tigre. Ils tiennent en main un fouet d'argent et un lingot ou d'autres objets précieux. On les identifie fréquemment à :

Groupes de cinq

Dieu noir de la richesse du bouddhisme tibétain

Appelés “Dieux des cinq routes” (Wulu Caishen ????), les plus connus sont :

Fortune en terre étrangère

Il existe des dieux spécialisés pour ceux qui cherchent fortune à l'étranger, nommés Piancaishen (???) de pian, "éloigné". Il s'agit généralement de prédécesseurs qui ont réussi, divinisés après leur mort, comme Su Fulu (???) qui fit fortune en Asie du Sud-Est.

Culte

On peut prier les dieux de la fortune dans leurs temples. Au moment du Nouvel An chinois, l'effigie du ou des dieux choisi (s) est collée dans l'habitation. Les commerces et sociétés choisissent généralement d'ouvrir le 5 du premier mois lunaire, date d'anniversaire des dieux groupés par cinq. Le Régisseur du Ciel est fêté le 15 de ce même mois, le jour de la Fête des lanternes.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Caishenye.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu