Cantongqi

Le Cāntóngqì ou Zhōuyì cāntóngqì attribué à Wei Boyang est le premier ouvrage connu sur la théorie alchimique chinoise. Il a fait l'objet de nombreux commentaires spécifiquement à partir des Tang...



Catégories :

Texte taoïste - Taoïsme - Courant philosophique - Alchimie

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La majorité des ouvrages d'alchimie se basent sur au moins un des supports.... attribué à Wei Boyang (Wei Po-yang), un Immortel légendaire localisé en 142.... (source : paranormalnews)
  • Le premier véritable traité d'alchimie qui nous soit parvenu date du IIe siècle après J. -C. Il s'agit du Cantongqi de Wei Boyang, ouvrage obscur ayant donné... (source : reunion.iufm)
  • Cantongqi, attribué à Wei Boyang. TT 621, N 999.... révisé par Min Yide de la 11* génération du courant Longmen, recueil d'ouvrages du courant Longmen.... (source : books.google)

Le Cāntóngqì (???) ou Zhōuyì cāntóngqì (?????) (142?) attribué à Wei Boyang (???) est le premier ouvrage connu sur la théorie alchimique chinoise. Il a fait l'objet de nombreux commentaires spécifiquement à partir des Tang et inspiré Zhang Boduan, l'un des fondateurs du courant neidan, qui voyait en lui le principal ouvrage d'alchimie[1]. Son titre est le plus souvent compris comme «correspondance des trois[2]» : Yijing, taoïsme et contrôle du four alchimique. Un exemplaire daté de 1381 du Cantongqi commenté par Yu Yan (??) (seconde moitié du XIIIe siècle) [3] est le plus ancien parvenu au XXIe siècle. La plus ancienne version intégrale est celle commentée par Peng Xiao (?? Xe siècle) contenue dans le Canon des Ming.

L'auteur

Wei Boyang n'a pas laissé de trace dans les documents officiels. La première mention de son ouvrage se trouve dans les écrits de Ge Hong (IVe siècle) qui fait une brève présentation de lui dans Biographies des immortels (???)  : de classe sociale élevée et venant de Wu, il est l'auteur du "Cantongqi et du Wuxianglei (???), ouvrages alchimiques écrits dans un langage symbolique inspiré du Livre des mutations. Au début du Xe siècle, Peng Xiao (??) précise dans la préface de son commentaire du Cantongqi que Wei Boyang est venant de Shangyu (??), région de Kuaiji ou Guieji (??) dans l'actuel Jiangsu ou Zhejiang. Il prétend qu'il se serait appuyé sur le Livre du Tigre et du Dragon (???) [4], interprété à l'aide du Yijing. Il aurait transmis son ouvrage à un dénommé Xu (?) venant de Qingzhou, puis sous Huandi (147-167) à son compatriote Chunyu Shutong (????). La datation proposée pour l'ouvrage et le lieu d'origine de l'auteur s'appuient sur les mentions de ce fonctionnaire dans le Zhengao de Tao Hongjing et le complément du Livre des Han postérieurs[5]. Au XIIe siècle, Hui Cao (??) écrit dans le Daoshu (??) que Wei Boyang a pour nom d'origine Wei Ao (??) et pour surnom Yunyazi (???).

Selon Joseph Needham, son nom serait dissimulé dans un cryptogramme dans le dernier paragraphe de l'épilogue[6].

Le texte

Mentionné pour la première fois par l'alchimiste Ge Hong (IVe siècle), l'ouvrage n'apparaît dans les catalogues officiels qu'au Xe siècle. Le texte d'environ six mille caractères, introduit par le Chant du tripode (dingqige ???), est divisé en trois parties et constitué de vers de quatre ou cinq syllabes intercallés de passages en prose ou en style Lisao. Le langage, qui fait grand usage du vocabulaire du Yijing (y compris son interprétation à l'aide du yin-yang et des cinq éléments) et du taoïsme (philosophie, gymnastique et pratiques sexuelles), est métaphorique et quelque peu obscur. Il évoque par son style le commentaire du Livre des mutations de Jing Fang (?? -77∼-37) et les qianwei (??), écrits au sens caché populaires sous les Han. Selon Ge Hong, les lettrés non initiés le prenaient pour un développement du Yijing, ignorant son sens profond alchimique, reconnu par les commentateurs successifs. Des divergences d'interprétation subsistent néanmoins : au XIIe siècle, Zhu Xi qui le commenta rapporte que le Cantongqi peut être reconnu comme un traité d'alchimie externe, un traité d'alchimie interne, un ouvrage de pratiques sexuelles, ou les trois à la fois.

L'interprétation qui en est le plus fréquemment retenue rattache l'alchimie à la cosmologie. Les hexagrammes qian-kun (??), «ciel-terre» représentent le fourneau d'alchimiste, alors que kan-li (??), «eau-feu», représentent les ingrédients, selon une tradition différente de celle du Livre de la cour jaune (?????), un autre ouvrage alchimiste important de la même période où le four est dans le corps. Les transformations alchimiques y sont présentées comme principalement naturelles et conformes au fonctionnement de l'univers, et par conséquent comme l'unique voie authentique vers l'immortalité, écartant d'autres pratiques reconnues comme des magies hétérodoxes. Les hexagrammes y représentent différents moments de la journée et leurs séries les variations de température du fourneau, des métaphores empruntées au Yijing ou à des pratiques taoïstes représentent les diverses opérations[7]. Dans l'optique de l'alchimie externe, les ingrédients évoqués sont le mercure et le plomb.

Références et notes

  1. Roi des traités alchimiques depuis l'Antiquité (wangu danjing zhiwang ??????)
  2. Peng Xiao (??) du Xe siècle considère que can ? veut dire za ? "divers [savoirs]" et non "trois"
  3. Zhouyi cantongqi fahui ???????
  4. Selon l'érudit Wang Ming (?? 1911-1992), il s'agit en fait d'un ouvrage de la dynastie Tang rédigé par Yang Shenwei (???), aussi nommé Jinbi jing (???).
  5. Il est toujours nommé Chunyu Kan (???), Chunyu Shuxian (????) ou Chunyu Yi (???).
  6. Needham, Joseph; Cullen, C. (1976). Science and Civilisation in China Cambridge University Press. (ISBN 0521210283)
  7. Ho Peng Yoke (2000). Li, Qi and Shu : An Introduction to Science and Civilization in China Courier Dover Publications. (ISBN 0486414450)  ; Edward A Hacker, Steve Moore, Lorraine Patsco, 2002, I Ching : An Annotated bibliography, Routledge Publishing, (ISBN 0415939690)

Sources

Voir aussi

Alchimie taoïste | Neidan | Zhang Boduan | Ge Hong

Bibliographie

Richard Bertschinger (trad. et comm. ) Cantong Qi, Das Dao der Unsterblichkeit Frankfurt am Main 1997, (ISBN 3-8105-2341-0)

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cantongqi.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu