Empereur de jade

L'Empereur de jade ou Yuhuang Dadi ???? est un dieu chinois d'origine taoïste qui régit les autres dieux, lié au Ciel ainsi qu'à la souveraineté.



Catégories :

Dieu taoïste - Taoïsme - Courant philosophique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Avant tout, partout en Chine et au-delà de Fujian (berceau des dieux de la... de l'Empereur de jade, est lui-même Empereur suprême du ciel noir.... les dieux taoïstes (comme Yuhuang Shangdi pour le Grand Empereur de jade).... l'agent du ciel accorde le bonheur (on le confond fréquemment avec le dieu du bonheur).... (source : maisondugouverneur)
  • Patron des taoïstes, des alchimistes et des médecins, quelquefois reconnu comme le dieu du tonnerre, il habitait sur le mont Kun Lun.... Shangdi, nommé aussi l'empereur de Jade, est établi avec toute sa cour au pôle Nord du ciel, ... (source : afanet)
  • 16. L'Empereur de jade est le dieu suprême du panthéon populaire. Dans le panthéon taoïste il vient en . quatrième position après les Trois Purs.... (source : persee)

L'Empereur de jade ou Yuhuang Dadi ???? est un dieu chinois d'origine taoïste qui régit les autres dieux, lié au Ciel ainsi qu'à la souveraineté. Il assure en fait cette fonction en concurrence avec Tiangong, le Seigneur du ciel, divinité bien plus ancienne qu'il tend à absorber ; Tiangong[1] devient alors une de ses appellations. Comme l'ensemble des dieux importants, il possède d'autres noms moins courants, titres donnés par le clergé taoïste ou l'administration impériale.

Déité taoiste

L'Empereur de jade apparaît après la dynastie Han dans les panthéons taoïstes qui résument les spéculations philosophiques et mystiques des différentes écoles. Sa position n'a pas forcément été prééminente. Ainsi, l'alchimiste des Ve et VIe siècles Tao Hongjing le mentionne comme le neuvième, ou alors le dixième dans la hiérarchie des déités. Plus tard, il devient l'une des Quatre Majestés[2]directement positionnées sous les trois principes suprêmes nommés Trois Purs[3]. Yuhuang[4] représente le ciel et régit les dieux, Ziwei[5] représente les étoiles et régit le calendrier et le climat, Gouchen[6] est l'axe du ciel et régit les évènements humains, Houtu[7] représente la terre et régit les morts et naissances mais aussi le paysage, entité vivante. Sous les Song, il se place juste après les Trois Purs et supervise les Quatre Majestés. Il est reconnu comme le plein né du vide des Trois Purs, l'action génèrée par leur inaction absolue.

Sa légende, remplie comme l'ensemble des mythes taoïstes de noms à valeur symbolique, en fait le prince du Pays de l'auguste lumière et de l'extrême félicité localisé dans le Monde des cieux. Après plusieurs années sans héritier, le roi Ch'ing-te ou Pure vertu et la reine Pao Yueh-kuang ou Lumière lunaire-joyau demandèrent l'aide rituelle de maîtres taoistes. Peu après, la reine vit en rêve Laozi portant un enfant rouge. Un an après, Yuhuang naissait tandis qu'une grande lumière envahissait la chambre. Jeune prince, il fit preuve de générosité en distribuant l'argent du trésor royal aux pauvres, puis à la mort de son père se retira pour vivre en ermite, abandonnant l'administration du royaume aux ministres. Après 3200 kalpas d'ascèse il devint l'immortel Éveil naturel, après 100 millions qui plus est , il devint dieu sous le nom d'Empereur de jade. (la durée exacte, toujours immense, fluctue)

Énormément de divinités taoïstes, trop abstraites, n'ont pas été adoptées par la totalité des pratiquants de la religion chinoise, mais l'Empereur de jade jouit d'une grande popularité. Il forme en effet une doublure parfaite pour le Seigneur du ciel, dont le culte est ancien et bien ancré mais la personnalité mal définie, et bénéficie de l'influence du taoïsme sur la littérature fantastique et légendaire.

Divinité impériale et populaire

Comme dieu suprême et maître du palais céleste, il fut choisi comme divinité tutélaire de la famille impériale à partir du IXe siècle.

L'Empereur de Jade

Dans la religion populaire, vêtu en empereur, il prend naturellement place à la tête de la bureaucratie céleste, toujours en concurrence avec le Seigneur du ciel. Il peut remplacer ce dernier (ou sa femme) dans les légendes anciennes telles que celle du bouvier et de la tisserande ; dans les légendes plus récentes, celle des animaux de l'horoscope chinois par exemple, le Seigneur du ciel, l'Empereur de jade et le Bouddha Gautama se remplacent mutuellement au gré du conteur dans le rôle du dieu principal.

Les exorcismes étant une spécialité taoïste, Yuhuangdadi est l'exorciste suprême.

Comme l'ensemble des divinités chinoises, il a aussi une identité terrestre sous le nom de Zhang Jian[8], peut-être inspirée des célèbres fondateurs d'écoles taoistes de l'époque Han, Zhang Daoling et Zhang Jiao. Son anniversaire est célébré le 9 du premier mois lunaire, date à laquelle on fête le Seigneur du ciel. Dans certaines régions, on prétend qu'il descend sur terre faire une tournée d'inspection le 25 du 12e mois lunaire, vers la fin de l'année chinoise.

Effet de la rivalité entre taoïstes et bouddhistes, ces derniers ont quelquefois tenté de le récupérer en l'identifiant au dieu hindou Indra.

Culte au Ciel

Les cérémonies en l'honneur du Seigneur du Ciel commencent habituellement par un culte domestique et des pétards dès le début du neuvième jour, c'est-à-dire à partir d'onze heures du soir selon le décompte respectant les traditions des heures. Les fidèles se sont préparés en s'abstenant de viande pendant toute la journée du huitième jour et en prenant un bain. Ce soir-là, le dieu penchera son regard sur la maison, les alentours sont par conséquent soigneusement rangés ; jadis les sous-vêtements féminins séchant à l'extérieur étaient ramassés. Deux tables d'offrandes ont été préparées : une table supérieure sans viande car le dieu est supposé être végétarien, une table basse portant les offrandes carnées habituelles pour ses acolytes. Les membres de la maisonnée offrent chacun à son tour, en ordre hiérarchique, un bâtonnet d'encens et s'inclinent. Comme à la fin de chaque cérémonie aux dieux, du papier-monnaie est brûlé. Celui qu'on utilise pour le Seigneur du Ciel, bien plus grand que les autres, est aussi nommé dashoujin, argent de longévité[9]. On dit que si le temps est clément ce jour-là l'année sera paisible. Une cérémonie au seigneur du Ciel peut aussi avoir lieu le premier jour de l'année, le 25 du douzième mois, ou lors des évènements familiaux importants tels que les mariages.

En plus

Un cratère de Rhéa photographié par Voyager 2 a reçu le nom du dieu.

Voir aussi

Taoïsme | Religion respectant les traditions chinoise | Dieu taoïste

Notes

  1. ?? Tiāngōng
  2. ?? Sìyù
  3. ?? Sān qīng
  4. ?? Yùhuáng
  5. ?? Zǐwēi
  6. ?? / ?? Gōuchén
  7. ?? Hòutǔ
  8. ?? / ?? Zhāng jiān
  9. ??? / ??? dàshòujīn

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Empereur_de_jade.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu