Jean Wahl

Jean André Wahl est un philosophe français. Il fut professeur à la Sorbonne de 1936 à 1967, sauf durant la Deuxième Guerre mondiale.



Catégories :

Philosophe français - Philosophe du XXe siècle - Historien de la philosophie - Historien de la philosophie ancienne - Historien de la philosophie allemande - Ancien élève de l'École normale supérieure (rue d'Ulm) - Collège de sociologie - Courant philosophique - Survivant de l'Holocauste - Naissance en 1888 - Décès en 1974

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Jean WAHL est à ce moment une figure leader. En France, - où sa carrière...... Bibliographie de Gaston Berger ", Les Études philosophiques, 1961, xvi-4, ... (source : biblio-fr.info.unicaen)
  • Cet essai est une étude du célèbre livre d'Italo Cal- vino Si par une nuit d'hiver un voyageur — un... la philosophie. L'essai de Jean Wahl est précédé... (source : latransparence-philosophie)
  • Le premier consiste à proposer un cadre d'analyse pour l'étude des ..... lors d'une séance du Collège de philosophie dont Jean Wahl est l'animateur.... (source : cairn)
Jean Wahl
Philosophe français
XXe siècle
Naissance : 1888
Décès : 1974

Jean André Wahl (1888 - 1974) est un philosophe français. Il fut professeur à la Sorbonne de 1936 à 1967, sauf durant la Deuxième Guerre mondiale. Il se réfugia aux États-Unis de 1941 à 1945 (où il enseigna), ayant été interné comme juif au camp de concentration de Drancy, d'où il s'échappa.

Vie et travaux

Ancien élève de l'École normale supérieure (promotion 1907), pensionnaire de la Fondation Thiers avant la guerre de 1914. Il commença sa carrière comme disciple de Henri Bergson. Pionnier dans le domaine des études américaines, il publie en 1920 sa thèse sur les philosophies pluralistes d'Angleterre et d'Amérique, dans laquelle il analyse en détail le pluralisme de William James, dans une réflexion qui se prolongera, par une réflexion sur l'idée d'unité cette fois, dans son étude du Parménide de Platon. Il introduisit une nouvelle lecture de la pensée hégélienne en France, à partir du motif de la "conscience malheureuse", dans les années 1930, avant même les célèbres conférences d'Alexandre Kojève. Il fut aussi un grand défenseur de la pensée de Kierkegaard. Ces engagements, qui s'expriment dans ses deux livres Le Malheur de la conscience dans la philosophie de Hegel (1929) et les Études kierkegaardiennes (1938) furent particulièrement controversés, dans le climat de la pensée dominante de l'époque. Il influença un certain nombre d'importants penseurs, tel Emmanuel Levinas et Jean-Paul Sartre ; il fut l'ami surtout de Vladimir Jankélévitch. Il est habituellement reconnu comme étant un philosophe de la pensée non systématique, et facilitant l'innovation et le concret. Il a aussi une œuvre poétique (il a publié dans la revue Fontaine de Max-Pol Fouchet au cours de la guerre) et a publié des articles sur Pierre Jean Jouve dont il était l'ami.

Lors de son exil aux États-Unis, au cours de la seconde Guerre, Wahl fonda l'École libre des hautes études à New York, avec l'aide de Gustave Cohen et de la Fondation Rockefeller. Plus tard, à l'université de Mount Holyoke où il avait un poste, il mit en place les Décades de Mount Holyoke, connues aussi sous le nom de Pontigny-en-Amérique, des rencontres sur le modèle de celles organisées par Paul Desjardins entre 1910 et 1939 sur le site de l'abbaye cistercienne de Pontigny en Bourgogne. Ces fructueuses rencontres regroupèrent nombre d'intellectuels français en exil et des Américains tels que Marianne Moore, Wallace Stevens et Roger Sessions. Wahl traduisit d'ailleurs nombre de poèmes de Stevens en français.

En 1946 il fonde le Collège philosophique et dirige la Revue de métaphysique et de morale à partir de 1950. Il sera président de la société française de philosophie à la mort de Gaston Berger.

Œuvres

Bibliographie

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Wahl.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu