Liu An

Liu An était un grand féodal chinois, roi de Huainan sous les Han Occidentaux. Sa capitale se trouvait à Shouchun, actuel comté de Shou dans l'Anhui.



Catégories :

Personnalité politique de la dynastie Han - Personnalité du taoïsme - Taoïsme - Courant philosophique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Il servit sous les ordres de Liu Bei, le fondateur du royaume de Shu. Son...... Xiang Yu, roi du Royaume des Chu de l'Ouest et le roi Liu Bang du .... (source : chine-informations)

Liu An[1] (-179--122) était un grand féodal chinois, roi de Huainan[2] sous les Han Occidentaux. Sa capitale se trouvait à Shouchun[3], actuel comté de Shou[4] dans l'Anhui. Membre de la famille impériale, ses ancêtres venaient de Pei[5] dans le comté de Feng[6] au Jiangsu. Son père, Liuchang[7] était fils de Gaozu, fondateur de la dynastie, et roi Li de Huainan[8]. A sa mort, l'empereur avait divisé le fief entre ses trois fils. C'est ainsi que Liu An reçut à 16 ans le titre de roi de Huainan, Liu Bo[9] celui de roi de Xishan[10] et Liu Ci[11] celui de roi de Lujiang[12].

Le Huainanzi

Selon les historiographes de la dynastie, Liu An n'aimait guère la chasse ni la guerre, s'intéressant en particulier à l'alchimie ainsi qu'aux lettres, en particulier au Zhuangzi ainsi qu'aux auteurs de l'ancien État de Chu comme Qu Yuan dont il commenta un poème, le Lisao. Il avait rassemblé autour de lui de nombreux spécialistes de divers domaines qu'il mit au travail pour la rédaction du Honglie ou Vastes lumières[13], plus fréquemment nommé Huainanzi, sorte d'encyclopédie des connaissances de l'époque qu'il présenta à l'empereur Wudi en -139. Parmi son entourage de conseillers, sont mieux connus Su Fei[14], Li Shang[15], Zuo Wu[16] Tian you[17] Lei Bei[18] Wu Bei[19] Mao Bei[20] Jin Chang[21] nommés les huit seigneurs (ba gong) [22].

Ambitions politiques

A partir de la mort de Gaozu, les rois des fiefs périphériques prirent de plus en plus d'indépendance et de nombreuses rébellions armées ou tentatives de complot se produisirent. Le père de Liu An lui-même était mort après s'être rebellé contre l'empereur. Le nouveau roi de Huainan, quoique peu porté sur les armes, n'était pas dénué d'ambition politique, et son entourage attendait énormément de lui. Selon Sima Qian, sa première velléité de révolte daterait de la sixième année du règne de Wudi où apparut une comète, présage de changement de pouvoir. Ses conseillers l'auraient alors pressé de lever une armée ; Wudi n'avait à l'époque pas encore d'héritier. Liu An hésita et laissa passer sa chance. Une deuxième occasion se présenta quand l'empereur priva son fils Liu Qian[23] de fief pour inconduite. Liu An détermina un plan de campagne avec l'un de ses conseillers principaux, le stratège Wu Bei. Néanmoins, lorsque le plan fut prêt il se remit à hésiter. Déçu par son manque de détermination, Wu Bei décida de l'abandonner et le dénonça à Wudi en -123. En -122, une expédition punitive fut envoyée contre lui. Liu An se suicida.

Il fut enterré au pied de la face sud du mont Bagong[24], mont des Huit seigneurs (en mémoire de ses huit conseillers), localisé à 1, 5 km au nord du comté de Shou, dans une tombe tournée vers la rivière Fei[25]. En 1989, elle fut restaurée et le site, aménagé, est devenu un lieu touristique.

Légende

Amateur de la littérature aux résonances chamaniques de la région de Chu, intéressé par l'alchimie et les techniques d'immortalité, le roi de Huainan a laissé énormément de légendes dans le folklore taoïste et la région où il vécut. Lui-même et ses huit conseillers seraient devenus immortels, et on montre sur le mont Bagong les traces de l'endroit d'où ils se sont envolés. Selon une version, un vieillard serait venu le trouver après la dénonciation de Wu Bei[26] pour lui remettre une potion d'immortalité. Il l'aurait partagé avec sa famille, son entourage et ses serviteurs ; les chiens et poules ayant fini les restes, ils se seraient envolés avec le reste de la maisonnée. Cette légende, qui sera reprise pour d'autres taoïstes, est à l'origine de l'expression : «Lorsque une personne obtient le Dao, [même] ses poules et ses chiens montent au ciel» (la totalité du groupe bénéficie de la promotion d'un de ses membres).

Le Bencao gangmu[27], important traité médical des Ming, lui attribue l'invention du tofu lors d'une expérience alchimique. Il existe d'ailleurs un "village du tofu"[28] au pied du mont Bagong.

Notes et références

  1. ??
  2. ???
  3. ??
  4. ??
  5. ?
  6. ??
  7. ??
  8. ????
  9. ??
  10. ??
  11. ??
  12. ??
  13. ??
  14. ??
  15. ??
  16. ??
  17. ??
  18. ??
  19. ??
  20. ??
  21. ??
  22. ??
  23. ??
  24. ???
  25. ??
  26. yīrén dédào jīquǎn shàngtiān ????????
  27. ????
  28. doùfǔcūn f???

Voir aussi

Huainanzi


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Liu_An.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu