Méditations cartésiennes

Les Méditations Cartésiennes sont la retranscription de quatre conférences prononcées à La Sorbonne le 23 et 25 février 1929 par Husserl.



Catégories :

Œuvre philosophique - Phénoménologie - Courant philosophique - Edmund Husserl

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La conception de Husserl dans les méditations cartésiennes est un bon exemple de la.... K. Jaspers, Three Essays : Leonardo, Descartes, Max Weber, .... (source : cairn)
  • subjectivité remplace, dans les Méditations de Husserl, la véracité divine de Descartes, comme elle fonde toute vérité et toute réalité... (source : popups.ulg.ac)

Les Méditations Cartésiennes sont la retranscription de quatre conférences prononcées à La Sorbonne le 23 et 25 février 1929 par Husserl. Ces conférences ont été prononcées en allemand.

L'ouvrage a pour sous-titre Introduction à la phénoménologie, mais il ne s'agit totalement pas là du premier ouvrage de l'auteur sur ce sujet (surtout les Ideen I). Husserl reprend la démarche modifiée des Méditations métaphysiques de Descartes pour construire l'édifice de la phénoménologie transcendantale.

Deux versions du texte existent :

On remarquera que la version française fut par conséquent disponible presque 20 ans avant la version allemande. La traduction en français par Lévinas se fonde sur un original allemand actuellement perdu, contrairement aux Husserliana dont la version allemande a été conservée. Il arrive que les deux textes changent un peu. [1]


L'ouvrage se divise en cinq méditations précédées d'une introduction et suivies d'une conclusion.

  1. Introduction
  2. L'acheminement vers l'«égo» transcendantal
  3. Le champ d'expérience transcendantale et ses structures générales
  4. Les problèmes constitutifs. Vérité et réalité
  5. Quatrième méditation
  6. Détermination du domaine transcendantal comme «intersubjectivité monadologique»
  7. Conclusion

Introduction

Husserl présente en premier lieu brièvement Descartes et les Méditations. Selon lui ce qui importe chez Descartes c'est l'idée directrice d'une «réforme totale de la philosophie» pour en faire «une science à fondements absolus». La philosophie, conçue comme «unité universelle des sciences s'élevant sur un fondement absolu», va prendre la forme d'une philosophie orientée vers le sujet. Par le doute, Descartes va mettre en lumière le moi des cogitations pures, l'unique réalité dont on ne pourra pas douter sera l'ego cogito (sujet transcendantal) des cogitationes.

L'auteur constate alors l'état de crise des sciences de son temps, «entravées dans leur progrès par l'obscurité qui règne dans leurs fondements même». Cette crise est aussi redoublée d'un état de division profonde de la philosophie. Établissant un parallèle entre cette situation et celle rencontrée par Descartes dans sa jeunesse, Husserl propose un retour aux Méditations Métaphysiques, ou au moins à leur esprit, puisque la phénoménologie transcendantale rejette la quasi-intégralité du contenu doctrinal du cartésianisme.

L'acheminement vers l'«égo» transcendantal

La première méditation part à la recherche d'un fondement apodictique de la connaissance. Elle étudie la notion d'évidence, qui peut être relative ou scientifique. Husserl montre que la science doit avoir son fondement dans une évidence apodictique, à l'endroit où la chose elle-même est présente sans une once de doute.

Le champ d'expérience transcendantale et ses structures générales

Les problèmes constitutifs. Vérité et réalité

Quatrième méditation

Détermination du domaine transcendantal comme «intersubjectivité monadologique»

Conclusion

Bibliographie

Voir aussi

Notes et références de l'article

  1. Méditations cartésiennes, Avant-propos de l'éditeur, éd. Vrin, 2001.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9ditations_cart%C3%A9siennes.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu