Philémon Deroisin

Hippolyte Philémon Deroisin, né à Orléans le 9 décembre 1825, décédé à Versailles le 16 avril 1910, est un positiviste, un magistrat et un homme politique français.



Catégories :

Positivisme - Courant philosophique - Essayiste français - Avocat français du XIXe siècle - Magistrat français - Ancien maire de Seine-et-Oise - Ancien étudiant à la Sorbonne - Naissance en 1825 - Naissance à Orléans - Décès en 1910

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le successeur de Rameau est appelé par décret du Président de la République le 24 décembre 1879, un étrange cadeau de Noël pour Hippolyte- Philémon Deroisin.... (source : detouraversailles)
  • La Question militaire en France. Signé Deroisin : Amazon. fr : Philémon Deroisin : Livres.... Signé Deroisin (Reliure inconnue). de Philémon Deroisin (Auteur)... (source : amazon)

Hippolyte Philémon Deroisin, né à Orléans le 9 décembre 1825, décédé à Versailles le 16 avril 1910, est un positiviste, un magistrat et un homme politique français.

Étudiant en droit à Paris, il est compromis dans les troubles de la Sorbonne, en janvier 1856[1].

Avocat administrateur de la caisse d'épargne[2], magistrat et président du tribunal de La Rochelle, il participe au dictionnaire Littré pour les termes de «droit» et d'«économie politique»[3]. Installé à Versailles en 1863, il devient l'un des chefs du parti républicain en Seine-et-Oise sous l'Empire et fonde Le Libéral de Seine-et-Oise en 1868. Élu conseiller municipal en 1870, puis adjoint, il est maire de Versailles du 24 décembre 1879 à 1888[4], [5].

Disciple d'Auguste Comte, il participe à la revue La Philosophie positive[6] et initie au positivisme plusieurs personnalités républicaines, comme Jules Ferry à la «Conférence Molé».

Il a été lauréat de l'Institut[2].

Œuvres

Édition

Notes et références

  1. Armelle Le Goff et Danis Habib, «Affaires disciplinaires de l'enseignement supérieur (1838-1885)», Paris, Centre historique des Archives nationales, 2005, p. 69.
  2. Richard Ayoun, Typologie d'une carrière rabbinique : l'exemple de Mahir Charleville, Presses universitaires de Nancy, 1993, 1003 pages, p. 721 (ISBN 2864806630) .
  3. Claude Vacant, Jean Rodolphe Perronet (1708-1794)  : premier ingénieur du roi et directeur de l'École des ponts et chaussées, Presses de l'École nationale des ponts et chaussées, 2006, 341 pages, p. 112 (ISBN 2859784209) .
  4. Jules Ferry, Lettres, 1846-1893, Calmann-Lévy, 1914, 591 pages, p. 4.
  5. André Damien et Jean Lagny, Versailles, deux siècles de vie municipale, Éditions l'Univers du livre, 1980, 162 pages.
  6. Pierre Barral,, Romantisme, 1978, vol. 8, n° 21-22, p. 149-160

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Phil%C3%A9mon_Deroisin.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu