Philosophie du langage ordinaire

La philosophie du langage ordinaire fut un courant dans la philosophie analytique qui prétendait éviter les «théories» philosophiques, les excès de formalisme pour donner plus d'attention aux usages ainsi qu'aux pratiques du langage ordinaire et du sens commun.



Catégories :

Branche de la philosophie - Philosophie analytique - Courant philosophique - Sémantique - Pragmatique - Philosophie du langage

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • langage ordinaire Si le philosophe rechigne à se satisfaire du langage... D'où sa tentation philosophique de mettre le langage ordinaire «en congé».... (source : devoir-de-philosophie)
  • Label : Vrin. Nombre de pages : 173. Date de publication : 2000. Thèmes : Philosophie analytique, Philosophie du langage ordinaire, philosophie... (source : wikio)
  • Les signes, sauvages, Une philosophie du langage ordinaire. Éditions de l'Université Saint-Paul et Éditions de l'Université d'Ottawa, coll.... (source : id.erudit)

La philosophie du langage ordinaire (quelquefois aussi nommée philosophie linguistique) fut un courant dans la philosophie analytique qui prétendait éviter les «théories» philosophiques, les excès de formalisme pour donner plus d'attention aux usages ainsi qu'aux pratiques du langage ordinaire et du sens commun.

Le courant était en particulier inspiré par Ludwig Wittgenstein, surtout dans son évolution après le Tractatus logico-philosophicus vers ce qu'on a nommé sa «seconde philosophie». Quoique Wittgenstein ait enseigné à Cambridge, c'est en particulier à Oxford avec Gilbert Ryle (1900–1976), J. L. Austin (1911–1960), P. F. Strawson (1919–2006), Paul Grice (1913–1988) et John Wisdom (1904–1993) que le mouvement se développa.

Histoire

Le retour au langage naturel est une réaction à l'égard des origines de la philosophie analytique, qu'on a quelquefois nommé la «philosophie du langage parfait». Pour des auteurs comme Bertrand Russell, Gottlob Frege, Rudolf Carnap ou même Willard Van Orman Quine, le langage ordinaire est confus, simpliste, rempli d'erreurs et doit être corrigé dans une version formelle plus rigoureuse et sans ambiguïté, conformément à la logique contemporaine.

Pour Wittgenstein, au contraire, tel qu'il aborde la chose dans son enseignement des années 1930 et dans les Recherches philosophiques (1953), il n'y a rien à corriger dans le langage ordinaire, qui est fait de nombreux usages différents, des jeux de langage aux règles adaptées à différentes circonstances. Partir de ce langage ordinaire sert à dissoudre des problèmes philosophiques qui sont génèrés par le langage de la philosophie.

Le courant, qui était dominant dans la philosophie analytique des années 1950, en particulier au Royaume-Uni, déclina mais certaines thèses de ces philosophes, surtout de J. L. Austin ou de Paul Grice, ont eu une plus grande importance en linguistique et en particulier en pragmatique.

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie_du_langage_ordinaire.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu