Positivisme juridique

Le positivisme juridique est un courant en principe du droit qui s'oppose au jusnaturalisme et dit décrire le droit tel qu'il est.



Catégories :

Théorie du droit - Positivisme - Courant philosophique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • prisme de la Théorie Pure du Droit et de montrer à travers lui que le positivisme juridique est le continuateur —malgré lui— du jusnatu-... (source : bibliojuridica)

Le positivisme juridique est un courant en principe du droit qui s'oppose au jusnaturalisme et dit décrire le droit tel qu'il est . Il consiste à rejeter l'idée d'un droit parfait ou naturel, ainsi qu'à affirmer que seul le droit positif a une valeur juridique, et qu'il est par conséquent l'unique norme à respecter.

Extrêmement débattu, ce terme a fait l'objet de nombreuses définitions discordantes. Ainsi Hart en distingue cinq et Bobbio trois. Les liens entre le positivisme juridique et le positivisme philosophique qu'il soit rationnel (Comte) ou logique (Carnap, Ayer, le premier Wittgenstein) sont controversés.

Le positivisme comprend de nombreuses tendances telles que le positivisme impérativiste (Hobbes, Austin... ), l'école de l'exégèse (Demolombes), la jurisprudence des concepts (von Ihering), les théories pures du droit (Kelsen, Weyr), le positivisme analytique (Hart, Bobio) ou encore le néo-institutionalisme (McCormick et Weinberger).

En droit du commerce international, le positivisme légaliste refuse l'existence d'une lex mercatoria, car elle n'appartient pas à un ordre juridique étatique et ne peut ainsi revetir un caractère obligatoire : les règles internationales ne peuvent qu'être interétatiques, et non transétatiques.

D'autres courants, plus inspirés par la sociologie, sont quelquefois rattachés au positivisme même si ce rapprochement est particulièrement contesté. C'est le cas de l'objectivisme sociologique (Duguit, Scelles), du réalisme sociologique américain (Pound, Holmes) ou du réalisme scandinave (Ross, Olivecrona).

On trouve enfin énormément d'auteurs français comme Raymond Carré de Malberg ou Georges Vedel qui sont positivistes sans se rattacher clairement à une de ces écoles.

Voir aussi


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Positivisme_juridique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu