Roger Caillois

Roger Caillois, né le 3 mars 1913 à Reims et mort le 21 décembre 1978 au Kremlin-Bicêtre, est un écrivain, sociologue et critique littéraire français.



Catégories :

Écrivain français du XXe siècle - Poète français du XXe siècle - Sociologue français - Collège de sociologie - Courant philosophique - Ancien élève de l'École normale supérieure (rue d'Ulm) - Membre de l'Académie française - Officier de la Légion d'honneur - Naissance en 1913 - Décès en 1978 - Naissance à Reims - Traducteur vers le français - Traducteur depuis l'espagnol

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Décédé à Kremlin Bicêtre le 21 décembre 1978. biographie Roger Caillois... Roger Caillois est élu à l'Académie française en 1971, fauteuil 3.... (source : evene)
  • ... Roger Caillois est né en 1913. Ancien élève de l'Ecole Normale... Il resta jusqu'à sa mort en décembre 1978 directeur de Diogène.... (source : classiques.uqac)
  • Roger Caillois est mort en décembre 1978. Il me reçut à quelques reprises cette année-là, la dernière fois moins d'un mois avant son décès.... (source : blog-dominique.autie.intexte)
Roger Caillois
Naissance 3 mars 1913
Reims
Décès 21 décembre 1978 (à 65 ans)
Kremlin-Bicêtre
Nationalité Française

Roger Caillois, né le 3 mars 1913 à Reims et mort le 21 décembre 1978 au Kremlin-Bicêtre, est un écrivain, sociologue et critique littéraire français.

Biographie

Roger Caillois fait toutes ses études secondaires à Reims, habitant pendant sa jeunesse au 75 de la rue Hincmar, en face de la maison de Roger Gilbert-Lecomte.

Venu à Paris en 1929 pour y préparer le concours de l'École normale supérieure, il suit une classe d'hypokhâgne, puis de khâgne, au Lycée Louis-le-Grand, et sera reçu à l'école normale supérieure de la rue d'Ulm en 1933 ; il y passera son agrégation de grammaire.

Cofondateur, avec Georges Bataille et Michel Leiris, du Collège de sociologie, il fera, en 1938, la rencontre de l'écrivain et mécène argentin Victoria Ocampo, qui l'invitera à séjourner chez elle , en Argentine, durant la Deuxième Guerre mondiale. Il dirigera pendant ces années l'Institut français de Buenos Aires, et lancera la revue Les Lettres françaises, à laquelle il travaillera aidé de son épouse, Yvette Caillois, née Billod (rencontrée à Paris à l'époque de ses années à Louis-le-Grand, et mère de leur fille Catherine Rizea-Caillois), venue le rejoindre en Argentine en 1940.

À son retour en France, il anime chez Gallimard la collection «La Croix du Sud», spécialisée dans la littérature sud-américaine, et traduit les nouvelles fantastiques de Jorge Luis Borges. On retrouve aussi dans cette collection les écrits de Neruda ou d'Asturias, par exemple.

Caillois fut haut fonctionnaire à l'UNESCO dès 1948, où il occupa la direction de la division des lettres, puis du développement culturel, et il fut élu à l'Académie française en 1971, au fauteuil 3, succédant ainsi à Jérôme Carcopino.

Il divorcera de son épouse Yvette peu de temps après leur retour de Buenos-Aires, en 1945. Yvette deviendra l'épouse de l'un de ses camarades normaliens, Jean Cottier, alors que Caillois épousera en secondes noces, en 1957, Alena Vichr (de nationalité tchèque), rencontrée à l'UNESCO et mère d'un garçon, Jan, qu'il élèvera.

Roger Caillois repose au cimetière du Montparnasse.

Thèmes de son œuvre

Roger Caillois s'est , entre autres choses, interrogé sur la sympathie qui paraît régner entre les formes complexes du monde minéral et les figures de l'imaginaire humain. Il a rédigé Le Fleuve Alphée et L'Écriture des pierres, qui explorent cette relation.

Œuvres

Bibliographie

Liens externes



Précédé par
Jérôme Carcopino
Fauteuil 3 de l'Académie française
1971-1978
Suivi par
Marguerite Yourcenar

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Caillois.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu