Terence McKenna

Terence Kemp McKenna était un écrivain et philosophe américain. Il se fit connaître pour ses spéculations sur des sujets allant du Manuscrit de Voynich, les origines de l'espèce humaine ou la théorie de la nouveauté, qui postule que le temps...



Catégories :

Naissance en 1946 - Décès en 2000 - Écrivain américain du XXe siècle - Philosophe américain - Yi Jing - Culture taoïste - Taoïsme - Courant philosophique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Terence McKenna grew up in Paonia, Colorado. He was introduced to geology through his uncle and developed a hobby of solitary fossil hunting in the arroyos... (source : en.wikipedia)

Terence Kemp McKenna (16 novembre 1946 - 3 avril 2000) était un écrivain et philosophe américain. Il se fit connaître pour ses spéculations sur des sujets allant du Manuscrit de Voynich, les origines de l'espèce humaine ou la théorie de la nouveauté, qui postule que le temps est une vague fractale de nouveauté croissante qui culminera de manière nette en 2012. Son concept apparait comme impliquant un mélange de substances chimiques hallucinogènes, gaïaïsme et de chamanisme.

Biographie

Terence McKenna a grandi dans une petite ville particulièrement religieuse dans l'ouest du Colorado. Une acuité visuelle exceptionnellement faible le força à porter des lunettes à double foyer à un âge précoce. Cela et sa nature frêle en firent un paria, et il passa l'essentiel de son enfance seul. Il fut initié à la géologie par son oncle et eu particulièrement vite comme hobby la chasse aux fossiles dans les arroyos près de chez lui. Il en développa une appréciation profonde et scientifique de la nature.

McKenna fut informé des substances psychédéliques au travers des écrits d'Aldous Huxley. Sa première expérience d'eux vint après qu'il eut ingurgité de nombreux paquets de graines de Ipomœa purpurea produites industriellement (contenant la substance assez douce mais indubitablement psychédélique connue sous le nom d'acide d-lysergique amide ou ergine), expérience qu'il prétendit avoir guidée le cours de sa vie.

Après être sorti du lycée, McKenna intégra l'université de Berkeley. Il déménagea à San Francisco durant le Summer of Love (été de l'amour) avant que ses cours débutent, et fut initié au cannabis et au LSD par Barry Melton, qui se trouvait habiter l'appartement en face du sien.

En 1969, Terence reçut un Bachelor of Science en écologie et conservation du Tussman Experimental College, une institution brève du campus de Berkeley. Il passa ses années après l'obtention de son diplôme à enseigner l'anglais au Japon, voyageant au travers de l'Inde et du sud-est asiatique; fumant du haschisch et collectant des papillons pour des entreprises de fournitures biologiques.

A la suite de la mort de sa mère en 1971, Terence, son frère Dennis, et trois autres personnes voyagèrent vers l'Amazonie colombienne à la recherche du oo-koo-hé, une plante contenant du DMT. À la Chorrera, sur la recommandation de son frère, il se prêta à une expérience psychédélique qu'il prétendit l'avoir permis d'être en contact avec le Logos : une voix informative et hallucinatoire qu'il croyait universelle pour l'expérience religieuse visionnaire. Les révélations de cette voix lui auraient enjoint d'étudier la structure d'une forme primitive du Yì Jīng, ce qui conduit à sa «théorie de la nouveauté».

Durant la majorité des années 1970, McKenna maintint un profil bas, vivant dans une maison suburbaine indescriptible, alimentant son style de vie avec les revenus du Magic Mushroom Growers Guide et la culture et de la vente des champignons contenant de la psilocybine. Il raconta qu'il avait des craintes dues à ce type de travail, et au discours public sur les dures pénalités de la guerre aux drogues exigé par ses collègues. Il fut lui-même une fois recherché par Interpol pour trafic de drogue.

McKenna fut un contemporain et collègue de Ralph Abraham, Rupert Sheldrake, et Riane Eisler et participa à des ateliers et symposiums avec eux. Il fut un ami personnel de Tom Robbins, et influença la pensée de nombreux scientifiques, écrivains, artistes et amuseurs.

Il devint un des piliers de la contre-culture dans ses dernières. Timothy Leary l'a une fois présenté comme «le vrai Tim Leary». Il contribua aux albums psychédéliques et trance goa des Shamen, Spacetime Continuum, Alien Project, Zuvuya et Shpongle, et ses discours ont été échantillonnés par énormément d'autres. En 1993, il apparut comme annonceur au Starwood Festival, ce qui fut documenté dans le livre Tripping de Charles Hayes [1]. Il fut un orateur accompli, admiré par ses fans pour son éloquence. Certaines de ses présentations incluant les répétitions in extenso de qui ont précédé discours, sa disponibilité pour l'improvisation impromptue lui permit de les inclure dans des performances sans accroc adaptées aux auditoires variés. Ses réponses aux questions nouvelles étaient généralement aussi particulièrement élaborées et subtiles que son discours était préparé.

En sus des drogues psychédéliques, McKenna discute de sujets comme la réalité virtuelle (qu'il considérait comme un moyen de communiquer artistiquement l'expérience des psychédéliques), le techno-paganisme, l'intelligence artificielle, l'évolution, les extraterrestres, le culte des ancêtres (ou, comme il le désignait, le contact des «gens morts»), et la théorie esthétique (expérience visuelle/artistique comme «information», et donc, la signification des visions hallucinatoires expérimentées sous l'influence des substances psychédéliques). Il découvrit que la prise de psychédéliques dans des doses variées (postulant que ceux qui ont seulement testé les substances psychédéliques en petites doses ont échoué à accéder à leur plein potentiel), et spécifiquement seul, dans un lieu sombre, sans musique ou autre forme de stimulation externe. Philosophiquement et religieusement, il exprima son admiration pour Marshall McLuhan, Pierre Teilhard de Chardin, le christianisme gnostique, et James Joyce (appelant Finnegans Wake la meilleure représentation littéraire de l'expérience psychédélique). Il resta opposé à toute forme de religion organisée ou d'éveil spirituel avec gourous. Il croyait que le DMT était le summum de l'expérience psychédélique et parla de «ballons de basket-ball ciselés et auto-dribblés»[2] ou «elfes mécaniques auto-transformants»[3] qu'on rencontre dans cet état. Quoiqu'il évitât de faire allégeance à une quelconque interprétation de la chose (ce qui fait partie de son rejet à la fois du monothéisme et de la monogamie), il était ouvert à l'idée des psychédéliques comme étant «un voyage transdimensionnel, littéralement», permettant à l'individu de rencontrer ce qui peut être des extraterrestes, des fantômes/ancêtres ou des esprits de la Terre.

McKenna a aussi co-fondé Botanical Dimensions avec Kathleen Harrison (sa collègue et sa femme pendant 17 ans), une réserve ethnobotanique à but non-lucratif sur l'île d'Hawaii, où il vécut de nombreuses années avant sa mort. Avant son déménagement définitif à Hawaii, McKenna partageait son temps entre Hawaii et la ville de Occidental, dans les collines de séquoias du comté de Sonoma, une ville unique pour sa forte concentration de notables artistes, comme Tom Waits et Mickey Hart.

McKenna mourut en 2000 de glioblastome multiforme, une forme particulièrement agressive de tumeur du cerveau à l'âge de 53 ans. Son frère Dennis, son fils Finn et sa fille Klea lui survécurent.

La théorie du «singe drogué» de l'évolution humaine

La plus fameuse des théories et observations de Terence McKenna fut probablement son explication de l'origine de la pensée et la culture humaine. McKenna théorisa que lors du recul des jungles nord-africaines à la fin de l'ère glaciaire la plus récente, laissant la place aux prairies, une branche de nos ancêtres primates arboricoles abandonnèrent les frondaisons et vécurent à découvert, suivant les hordes d'ongulés, glanant ce qu'ils pouvaient lors des déplacements.

Parmi les nouveaux composants de leur régime alimentaire, se seraient trouvés des champignons contenant de la psilocybine qui poussaient dans le fumier des troupeaux d'ongulés. McKenna supposait que l'augmentation constatée de l'acuité visuelle sous l'influence de la psilocybine était un instrument de la domination humaine sur leurs proies. Il argumenta aussi que les effets de doses un peu supérieures, qui comprennent une augmentation des performances sexuelles - et dans des doses toujours plus élevées des hallucinations extatiques et la glossolalie - donna des avantages évolutionnaires aux tribus qui les utilisaient. Il y aurait par conséquent eu de nombreux changements induits par l'introduction de cette drogue dans le régime des primates. McKenna théorisa que, par exemple, la synesthésie (flou des frontières entre les sens) causée par la psilocybine conduit au développement du langage parlé : la capacité de former des images dans l'esprit d'une autre personne en utilisant des sons vocalisés.

Il y a à peu près 12 000 ans, des changements climatiques supplémentaires auraient supprimé les champignons du régime humain, ce qui McKenna indiqua avoir entraîné un nouvel ensemble de changements profond dans notre espèce quand elle régressa dans les structures sociales des primates brutaux qui avaient été modifiées et/ou muselées par la consommation fréquente de psilocybine. Cependant, dans la théorie de McKenna, la domination induite par la psilocybine sur les autres espèces persista, en dépit de notre supposée évolution.

McKenna n'essaya pas de soutenir ses hypothèses contre des preuves scientifiques rigoureuses; il s'identifiait comme une sorte de chaman, ou d'ethnobotaniste. McKenna et ses disciples concevaient ses théories comme de la spéculation qui était au minimum scientifiquement plausible et défendable de manière argumentée avec une connaissance spéciale due aux plantes psychédéliques. Son hypothèse d'une transition de phase dans l'évolution humaine est obligatoirement basée sur un grand éventail de suppositions interpolée entre le peu de connaissances fragmentaires que nous avons des hominidés et de la primo-histoire humaine. Qui plus est , McKenna (qui se décrivait lui-même comme «un explorateur, pas un scientifique») faisait aussi des propositions plus abruptes comme sa théorie de «l'onde de temps zéro ». Ses théories sont généralement désavouées par les scientifiques. Un enregistrement en direct de sa théorie du «singe drogué» peut être écouté sur le CD Conversations on the Edge of Magic (enregistré au Starwood Festival).

Bibliographie

Discours et conférences

Voir aussi

Liens externes

Références

  1. Site psychedelic adventures : ses lectures furent produites sur support cassette et CD.
  2. N. d. T.  : jeweled, self-dribbling basketballs en version originale.
  3. N. d. T.  : self-transforming machine elves en version originale.


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Terence_McKenna_(%C3%A9crivain).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu