Wei Huacun

Wei Huacun ??? ( 252 - 334), nom social Xian'an, titres divins Originelle du Vide pourpre et Dame du Mont austral, est une taoïste de la dynastie Jin reconnue par l'école Shangqing ou Pureté suprême comme matriarche fondatrice car elle fut...



Catégories :

Personnalité du taoïsme - Taoïsme - Courant philosophique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • FEMMES TAOÏSTES SOUS LES TANG. 87 maître céleste Zhang Wei à Wei Huacun, patronne du courant. Shangqing, il est dit qu'à l'entrée dans l'oratoire l'adepte... (source : afec-en-ligne)
  • Sa première matriarche est Wei Huacun, mais Tao Hongjing, qui en a structuré la... le mont Mao est resté jusqu'à actuellement le siège principal de l'école.... (source : leseptiemecercle.spaces.live)
  • Il faut pratiquer le Wou- wei. Autrement dit le non-agir ce qui ne veut dire... 3) La tradition Shang Qing se développa légèrement plus tard sur le mont Mao (Mao... On raconte que cette école tire son inspiration d'une femme Wai Huacun qui... (source : maratray.chez-alice)

Wei Huacun ??? ( 252 - 334), nom social Xian'an (1), titres divins Originelle du Vide pourpre (2) et Dame du Mont austral (3), est une taoïste de la dynastie Jin reconnue par l'école Shangqing ou Pureté suprême (4) comme matriarche fondatrice car elle fut la première à revendiquer la transmission par des immortels des textes qui composeront le canon de l'école. Son culte populaire s'est maintenu aux alentours du mont Yangluo (5) au Henan, son principal lieu d'activité, où elle est connue sous le nom de Vieille dame aux deux immortels (6). Son anniversaire divin est le 3 du troisième mois lunaire.

(1) ?? (2) ???? (3) ????? (4) ?? (5) ?? (6) ????

Biographie

Venant de Rencheng (1), actuelle Jining (2) au Shandong, elle était la fille d'un ministre d'État, Wei Shu (3). Elle commença particulièrement jeune à lire le Dao De Jing et le Zhuang Zi ainsi qu'à pratiquer les techniques de longue vie. Ses parents insistant pour qu'elle se marie, elle épousa à 24 ans Liu Wen (4), nom social Youyan (5) qu'elle suivit dans son nouveau poste à Xiuwu (6) près du mont Yangluo au Henan. Elle continua à rassembler des textes taoïstes. Quand ses deux fils, Liu Pu (7) et Liu Xia (8) sortirent de l'enfance, elle reprit sa vie d'ascète taoïste, certainement au domicile familial quoique la tradition la fasse vivre en ermite sur le mont Yangluo. L'école Zhengyi prétend qu'elle occupa aussi une fonction d'officiante des libations (9) dans le mouvement des Maîtres célestes, ce qui est particulièrement envisageable vu le succès de ce courant à l'époque.

En 288, elle prétendit avoir reçu la visite des immortels Wang Bao (10), poète et taoïste de la dynastie Han et Jinglin Zhenren (11), personnalité obscure, tous deux connus avoir été ermites sur le mont Yangluo. Ils lui confièrent les textes qui serviront de base au canon de l'école Shangqing : 31 fascicules dont le Véritable canon de la grande grotte (12) remis par Wang Bao et le Livre ésotérique de la cour jaune (13) remis par Jinglin Zhenren. Elle aurait aussi reçu la Méthode pour contrôler le principe vital et tenir en respect les esprits dangereux (14) d'un patriarche des Cinq boisseaux.

Aux alentours de 318, juste après la mort de son mari, le Henan est menacé par la rébellion qui accompagne l'attaque des Xiongnu. Les annales locales nous apprennent qu'elle se met en route avec ses fils vers le Sud. Ils s'arrêtent en chemin quand le préfet de Yizhou demande au cadet de prendre la tête d'une armée de résistance aux rebelles. Peu après, à la chute des Jin Orientaux, les fils rejoignent la cour des Jin Occidentaux près de Nankin. Wei Huacun se serait rendue pour sa part dans les monts Heng, toujours nommé Mont sacré du Sud (Hunan), pour y poursuivre sa vie d'ermite, d'où son titre de Dame du Mont austral. Elle y serait morte à plus de 80 ans. Selon la tradition taoïste elle se transforma en immortelle. On montre toujours dans les monts Heng le rocher d'où elle se serait envolée.

(1) ?? (2) ?? (3) ?? (4) ?? (5) ?? (6) ?? (7) ?? (8) ?? (9) ?? (10) ?? (11) ??. ?? (12) ???? (13) ????? (14) ?????

Matriarche de Shangqing

Les textes que Wei Huacun prétendait avoir reçu des anciens taoïstes du mont Yangluo, qu'elle laissa selon certaines biographies à ses fils, réapparurent quelque trente ans après sa mort sur le mont Leiping (1) où Xu Mi (2), issu des classes aisés et ancien officier de l'armée de résistance aux rebelles tout comme Liu Xia et Ge Hong, avait ouvert un lieu de culte et de divination. Son medium principal, Yang Xi (3), prétendit en 364 que la Dame du Mont austral lui serait apparue pour les lui dicter. L'école de Yang Xi et Xu Mi, basée sur les textes tout autant que sur les pratiques d'alchimie et de gymnastique, connaitra un grand succès, en particulier auprès des classes éduquées. Tao Hongjing, retiré dans les monts Mao (4) dont le mont Leiping fait partie, s'y joindra et en refondra le canon. Appelée après lui École du mont Mao, elle formera le courant dominant sous les Tang avant de se joindre à Zhengyi au XIVe siècle. Compte tenu des nombreux remaniements subis par le canon de Shangqing, il est complexe de savoir quelle fut la contribution de Wei Huacun à sa rédaction.

(1) ??? (2) ?? (3) ?? (4) ??

Voir aussi

Sites externes


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Wei_Huacun.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu